Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : cyclocosmos.com
  • : Corinne et Enzo vous invite à découvrir leur traversée de la Cordillère des Andes à vélo. Un itinéraire qui les mènera dans la jungle équatorienne et péruvienne ; dans les déserts d’Atacama et du Sud Lipez et bien évidemment aux sommets des Andes avec plusieurs passages à 5000 m d’altitude. Départ le 15 septembre 2010 retour le 1er avril 2011.
  • Contact

Menu home Art

Menu itin Art

Archives

26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 07:28
DrapeauUK  go to english article

 

 

 

DrapeauFR

Jaen – Naranjito (18/10/2010)

87 km parcourus

 

Voici notre première vraie journée de vélo depuis notre départ. Soixante kilomètres de faux-plat descendant et trente autres de toboggan avec un vent favorable, on ne va pas se plaindre.

Je n'arrive cependant pas à comprendre pourquoi Corinne se trouve toujours 1 kilomètre devant moi. C'est très frustrant car en fin de journée son chrono affiche un temps parcouru inférieur de trente minutes au mien.

PE E Naranjito 3
 Allez, avance gros !


Bon, qu'à cela ne tienne, on a parcouru une distance raisonnable pour une fois et vers 16h on décide de s'arrêter à Naranjito (130 foyers) pour poser la tente. Vu qu'il n'y a pas de chambre à louer (on s'en doutait un peu) on nous dirige vers “Oncle William” le concierge de l'école qui accepte que nous posions la tente sur le terrain de sports

PE E Naranjito 1
C'est surtout bienvenudos los mosquitos y zancudos 


Il ne faut pas dix minutes pour qu'une trentaine d'enfants et quelques adultes se précipitent vers nous pour tout savoir de nous et notre voyage. Chaque geste est « épié », chaque objet sorti de nos sacoches fait place à une question.

Pour une fois, nous aurons l'agréable surprise de n'avoir à répondre à aucune question relative à l'argent. Par contre, comme chaque fois, il faudra expliquer que la Belgique n'est ni au USA, ni en Asie, ni en Afrique. Ne rigolez pas mais ici, la Belgique c'est le trou du cul du monde. Je pense que comme lors du voyage précédent on va finir par dire que l'on est français.

On en est plus à un mensonge prêt : la plupart du temps on dit qu'on est marié, qu'on a du vendre la voiture pour réaliser le voyage et que l'on ne connait pas le prix de nos vélos car chacun d'entre eux a été monté à partir de pièces provenant de trois vieilles bicyclettes.

Tic-tac, tic-tac, minuit, je me réveille, quelques goutes tombent sur la tente.

 

 

PE C Naranjito 3

Ca traverse l'amérique du sud pour la deuxieme fois et ca plante encore la tente sous un arbre.

Lamentable ! 



Tic-tac, tic-tac, 4h00, les quelques gouttes se sont transformées en tempête amazonienne.
Vu que j'ai eu la toute grande idée de planter la tente sous un arbre et que la foudre tombe tout autour du village, on trouvera plus sage de passer le reste de la nuit assis sous le pré-haut de l'école.

 

 

 


 

**

DrapeauUK

Jaen – Naranjito (10/18/2010)

87 km cycled


After 2 rest-days We leave at 6 in the morning to avoid the heat.  That was a good idea, as indeed it is much cooler and already at 10 am we made more than 30 kms.  After that the heat comes up again, but there is some wind and it is not too hot.  

The environment is dry : still a lot of palmtrees, much less banana-trees, and a lot of cactus instead. 

 

 

PE C Naranjito 1
 PE C Naranjito 5



Some places look like desert, split by a long straight road.

 

PE C Naranjito 6
Enzo (always far behind...?)   

 


We arrive already at noon at Bagua, where we take lunch. 

 

PE C Naranjito 7
Arriving in Bagua (it's not Florida... but almost)

 

 

We first saw this as our destination-target for today, but as it is still early we continue.  

The landscapes are very pretty in the afternoon : pink rocks, with a fertile green valley in front.  

 

PE C Naranjito 2
 PE E Naranjito 2

 


As there is still the possibility for snakes and other unwanted creatures here, we decide to still not camp in the wild, but stop at the next village, which happen to be Naranjito that counts only 130 inhabitants and where no hostal is provided, but we are allowed to put up the tent at the college.   Quickly we are surrounded by many kids and some adults of the village.  They watch how we put up the tent, arrange are sleeping-corner, cook our dinner, and they ask many questions.
Finally, at dusk, everybody leaves : some rest again.   But it was not a very restful night, as a big storm with many lightenings keeps us awake almost all night...     

Partager cet article

Published by cyclocosmos.com - dans Peru
commenter cet article

commentaires

Daniel et Brigitte 26/10/2010 18:52


C'est simple Enzo, part 1 heure avant Corine, ou alors resserre ses patins


cyclocosmos.com 28/10/2010 04:51



Bonne idée le coup des patins !



david 26/10/2010 14:35


Je sais pourquoi tu n'avances pas Enzo, même sur du plat par 50°. Tu portes la tenue de Lance Armstrong qui n'a rien fait dans le tour de France ! Avec la tunique d'Astana tu serais en train de
survoler le pérou !
Bien sûr des projets pour l'année prochaine. Je pars une grosse semaine à Pâques avec mon père piur lui faire découvrir le cyclotourisme en Poitou Charentes puis au mois de Juin, je vais parcourir
la Bretagne, grande oubliée de mon voyage en France.
Au plaisr de vous lire.


cyclocosmos.com 28/10/2010 04:50



C'est marrant que tu dises cela car j'y avais pensé.



JANODOU 26/10/2010 08:02


J'ai rien à dire aujourd'hui mais je veux qu'ça sache !


cyclocosmos.com 28/10/2010 04:47



J'ai rien à dire aujourd'hui mais je veux qu'ça sache !
J'ai rien à dire aujourd'hui mais je veux qu'ça sache !
J'ai rien à dire aujourd'hui mais je veux qu'ça sache !
J'ai rien à dire aujourd'hui mais je veux qu'ça sache !
J'ai rien à dire aujourd'hui mais je veux qu'ça sache !


Comme cela on le sait